[Chronique #3] NIL – Lynne Matson

Salut à tous, c’est Téia !

Aujourd’hui, je vous retrouve pour vous parler d’un roman que j’ai dévoré en une seule journée et que j’ai réussi à apprécier malgré quelques petits défauts. Il s’agit de NIL, de Lynne Matson publié aux éditions Pocket Jeunesse.  NIL fait parti d’une trilogie dont le tome trois sort en février 2017. On aura l’occasion d’en reparler très vite.

NIL, de quoi ça parle ?

Lorsque vous arrivez sur NIL, île paradisiaque en apparence mais cruelle en réalité, vous avez un an, soit 365 jours pour vous en évader. Passé ce délai, vous disparaissez à jamais. Telle est la règle principale de NIL, mais ce n’est pas la seule. Charley, jeune adolescente de 17 ans, va l’apprendre à ses dépens. Arrivée sur l’île nue, elle doit survivre et trouver des vêtements. Heureusement pour elle, elle rencontre Thad leader du groupe de camarades d’infortune qui lui apprend que la seule méthode pour quitter NIL est de prendre une porte sortante. Malheureusement, elles n’apparaissent qu’une fois fois par jour, au hasard, et ne peut être empruntée que par une seule personne. Ensemble, ils tenteront de survivre, de s’enfuir mais également de comprendre NIL qui semble bien vivante et qui se joue d’eux à longueur de journées.

L’histoire et L’univers :

L’univers de ce roman m’a rappelé l’univers de la série TV Lost. En effet, les personnages de la série sont propulsés suite à crash d’avion, sur une île remplie de mystères. Depuis, le seul objectif est de survivre tout en essayant d’en résoudre les énigmes. (Pardon pour ce résumé très rapide et simplifié mais mes souvenirs de cette série sont plus que lointains) Cette idée se retrouve dans NIL. Des adolescents se retrouvent sur une île déserte, dangereuse et mystérieuse qu’ils doivent quitter dans l’année qui suit sans quoi ils meurent. Malgré cet objectif principal, certains cherchent à résoudre les mystères de l’île tout en essayant de s’en échapper.

Malgré cette ressemblance, l’univers reste assez riche. En effet, les éléments qui constituent NIL sont assez bien trouvés et recherchés. Pour s’échapper, les prisonniers de NIL doivent emprunter des portes, espèce de mur d’air brûlant, qui n’apparaissent jamais aux mêmes endroits mais toujours à la même heure, à midi. Certains indices nous permettent de comprendre le schéma d’apparition de ces portes et d’en comprendre le fonctionnement. Cela dit, il faut creuser un certain temps avant de voir la révélation se faire. Ces éléments sont encore plus flagrant dans le tome 2 du roman, dans lequel on découvre de nouvelles choses qui intensifient cette construction, tout en éclairant les points énoncés dans le premier tome.

La narration de l’histoire est menée à la première personne selon l’alternance des deux points de vue des personnages principaux. De la sorte, l’immersion se fait toute seule. On arrive à s’identifier aux personnages et de ce fait, on avance en même temps qu’eux. On découvre ce qu’ils découvrent. Ainsi, j’ai me suis sentie privilégiée, comme si on m’avait invité à vivre leurs aventures, le stress en moins. L’histoire est aussi remplie de suspens et peut-être d’un peu de stress. En effet, rien n’est sûr sur NIL. Chaque personnage a une espérance de vie limité, un compteur de 365 jours qui défile au fur et à mesure. De plus, le système de sortie n’est pas non plus sûr aussi on ne sait pas qui va s’en sortir et qui y laissera la vie. Il y a donc une sorte de suspense qui plane et lorsque le compteur des personnages se rapproche de 0, un petit stress pointe le bout de son nez et on prie pour qu’ils puissent s’en sortir. Ces deux petites émotions donnent une sorte de valeur ajoutée à l’histoire et lui donnent une profondeur supplémentaire.

Pour finir, je me suis réellement laissée emporter par cette histoire addictive notamment grâce à l’histoire d’amour entre Charley et Thad. Certes elle est assez prévisible et cliché mais étant un peu fleur bleue sur les bords, je l’ai trouvé très belle quoique peut-être trop vite amenée.

Les personnages :

Les personnages ne sont pas de la simple chair à canon dans cette histoire, ils sont l’élément central de ce roman. En effet, selon moi, il donne de la profondeur au livre car ils sont assez révélateur de la nature humaine et de la manière dont chacun réagirait à ce qui leur arrive. Il y en a de tous les âges, parfois ils sont très jeunes (peut-être trop jeunes pour NIL) et du coup, on arrive à se faire une assez bonne représentation de la réaction de chaque tranche d’âge. Certains se replient sur eux-mêmes, d’autres se murent dans le silence, d’autres encore chercheront à s’intégrer et à survivre, y aura ceux qui respecteront les règles, puis ceux qui chercheront à les enfreindre…. Pour moi, c’est une bonne représentation de la nature humaine. De plus, ils ont chacun leur personnalité, parfois exubérante, parfois discrète, ils arrivent à tous se démarquer et donc cela rajoute un petit plus qui permet à chacun de s’identifier précisément à chacun d’eux. De plus, grâce au point de vue interne de la narration, on a accès aux sentiments et aux émotions des personnages principaux et par leur intermédiaire des personnages secondaires ce qui les rends encore plus attachants et présent.

Je trouve cette particularité très intéressante. Souvent dans les livres où beaucoup de personnages se fréquentent, il y en a qui sortent du lot et d’autres qui sont plus ou moins effacés. Ici, bien qu’on suive davantage Charley et Thad, les personnages secondaires ont leur importance et arrivent à se différencier. De plus, le suspense mis en place par l’histoire, nous permet de nous inquiéter pour tout le monde, pas seulement pour les deux personnages principaux. C’est ainsi que la fin du livre devient très frustrant car nous n’avons pas d’happy-end pour tout le monde. On est plongé dans une incertitude assez importante et cette sensation d’incertitude se retrouve également dans les pages du livres.

Pour en revenir à ce premier tome, nous suivons donc les aventures de Charley et de Thad. Thad est déjà sur l’île depuis plus de 200 jours quand Charley arrive. Il l’accueille, la guide et la protège. J’ai beaucoup aimé la relation entre Thad et Charley. Je l’ai trouvé très authentique, bien que peut-être trop rapide et trop évidente. En effet, à peine arrivée, on sait déjà que Charley tombera amoureuse de Thad. Et c’est dommage, car du coup tous les autres personnages masculins secondaires passent un peu au second plan, on a l’impression qu’ils ne servent que de faire-valoir pour Thad. Malgré ça, leur relation reste authentique. En effet, ils n’ont pas le temps de jouer à se manipuler ou à se faire passer pour ce qu’ils ne sont pas, c’est ça que j’ai trouvé très agréable dans leur relation, on sent que leur sentiments sont vrais malgré la rapidité de leur arrivée.

Charley est une fille forte et intelligente. Elle arrive, tout au long de son aventure à percer certains secrets de l’île. Volontaire, altruiste, elle réussi à s’intégrer assez facilement. Mais comme tous, elle possède une certaine fragilité que NIL arrive à exploiter.

Thad est à l’opposé de Charley. Il est intelligent mais il semble être plus enthousiaste que Charley, plus casse-cou également. Toutefois, c’est un garçon sur lequel on peut compter, très présent pour les autres. Toutes ces qualités le feront très vite monter en grade et on découvrira donc une sorte de leadership très loyal et protecteur.

Malheureusement, avec le recul, je me dis qu’ils sont peut-être un peu trop stéréotypés. Que ce sont des personnalités que nous retrouvons assez régulièrement dans les romans Young-Adult et c’est peut-être dommage.

Le rythme et le style.

Le style est simple, voire peut-être minimaliste. Il n’y a pas de réelle recherche. Mais, les phrases s’enchaînent dans une fluidité très agréable. Le vocabulaire est assez actuel, sans vraiment beaucoup de diversité. On retrouve des termes communs d’un langage courant. Toutefois, malgré ça, la diversité culturelle des personnages est reconnaissable grâce à leur manière de parler. Par exemple, s’ils viennent de Chine ou de France, leur anglais ne sera pas forcément correct et cela sera retranscrit dans la traduction.

L’immersion se fait rapidement et sans difficulté grâce aux nombreuses descriptions détaillées. Ainsi, on peut se faire une idée très précise de l’univers qui entoure les adolescents.

L’alternance des points de vue de Thad et de Charley est très utile à l’immersion et l’avancement de l’histoire. En effet, comme dit précédemment, la plupart des événements vécus sont décrit deux fois : une fois du point de vue de Thad, la fois d’après avec celui de Charley. Ainsi, on a le temps d’intégrer les réflexions des personnages afin de construire notre propre réflexion. Toutefois, cette alternance peut rendre malgré les tentatives de différenciation, redondant certain événements et ainsi ralentir le rythme de l’histoire. Par exemple, lorsque quelqu’un arrive sur l’île ou en part, les autres organisent une “Soirée NIL”, une fiesta sur la plage de la Cité. Cet évènement sera décrit deux fois : une fois par Thad et une fois par Charley. Parfois l’un nous décrira le début de soirée, l’autre la fin de soirée et bien que ça ne soit pas réellement les mêmes descriptions, nous vivons quand même deux fois le même événement et ainsi, pour moi, cela cassait un peu le déroulement de l’histoire.

Au fur et à mesure que nous lisons NIL, nous comprenons que chaque personnage vit dans une sorte de situation d’urgence où chaque minute est comptée. Et pour moi, ce sentiment d’urgence se perd lorsqu’on nous décrit deux fois le même événement. A chaque fois, j’avais l’impression de perdre du temps sur le temps qui leur était imparti. Paradoxalement, c’est ce sentiment d’urgence qui rend le rythme de l’histoire rapide.

En résumé.

Ce roman reste pour moi un véritable coup de cœur, et ce malgré les quelques défauts énoncés plus haut (le côté redondant de certaines scènes, les personnages principaux un peu trop similaires à d’autres de romans différents…). Je l’ai dévoré en une demi-journée. La relation Charley/Thad a beaucoup influencé ma lecture, je n’arrivais pas à lâcher mon livre tant je voulais connaître la suite. Toutefois, bien qu’addictif, il reste terriblement frustrant. Lorsqu’on ferme le livre, il nous reste beaucoup de questions sans réponse. Aussi, je vous conseille d’avoir le tome deux sous la main afin vous jeter dessus quand vous aurez terminé le premier tome.

Note : Coup de cœur 5/5

Téia. ♠

3 thoughts on “[Chronique #3] NIL – Lynne Matson

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *